Un avenir serein

À l’hôtel Steigenberger le 2 juin dernier quelques centaines de Frères belges et étrangers ont assisté à la cérémonie d’installation du 12e Grand Maître de la Grande Loge Régulière de Belgique.

Devant l’assistance le nouveau Grand Maître a prononcé ses obligations de respecter notre Constitution et notre Règlement Général (qui soulignent les spécificités de la franc-maçonnerie traditionnelle). Il en devint de facto premier garant. L’évènement était d’importance puisque dans le cadre de ses engagements, il disposera d’une large marge d’initiatives lui permettant de dynamiser la vie de nos Loges et les réflexions de chaque Frère.

Relativement discrète en Belgique notre Grande Loge entretient des relations de reconnaissance mutuelle avec 175 Grandes Loges et Grands Orients répartis dans le monde. Fait rarissime 45 délégations étrangères[1] rehaussaient de leur présence cette réunion quadriennale ; preuve de l’amitié et de l’écoute dont bénéficie notre Obédience au niveau international. Les deux hémisphères étaient représentés du nord de l’Europe au bord de la Baltique avec la Grand Lodge of Finland jusqu’au long de l’océan Atlantique par les États-Unis du Brésil dont deux délégations : le Grande Oriente do Brasil et la Grande Logia do Estado Espirito Santo assistaient à cette cérémonie solennelle.

Comme le veut la coutume le nouveau Grand Maître a prononcé un discours d’investiture débutant officiellement son mandat. Bien sûr de nombreux passages de son allocution sont à usage interne. Mais en ces temps incertains où notamment la Franc-maçonnerie est vilipendée dans une partie de l’opinion publique et des médias, qu’il me soit permis de citer ce passage qui s’adressait aux Frères, mais aussi implicitement à toutes les femmes et tous les hommes de bonne volonté, où il exprimait :

« Il nous importe d’apprendre à apprécier sans cesse davantage le silence et la sérénité. Il importe davantage encore que des jeunes puissent entreprendre une quête spirituelle au sein d’un espace sacré libéré des contraintes temporelles. Dans un monde profane qui réclame de notre part des efforts souvent insensés pour pouvoir y vivre, la maçonnerie assume un rôle essentiel à mes yeux en ce qu’elle constitue le point de départ d’une quête d’intériorité menée essentiellement- et là réside sa spécificité- au travers de la rencontre avec d’autres. Et c’est précisément en cela qu’ils se reconnaissent comme frères. De toute évidence, ce trajet dynamique et illimité se déroule en parallèle avec l’évolution de la personnalité du Frère. Cette évolution se nourrit des réflexions et des ressentis qui étoffent ce trajet, elle s’enrichit grâce à l’expérience vécue au cours des rituels. »

Le protocole maçonnique prévoit que nul ne prend la parole après le Grand Maître.

Je n’y ajouterai donc rien.

 

Pistis, maître maçon.

[1] Parmi lesquelles la délégation de l’United Grand Lodge of England menée par le Pro-Grand Maître qui se déplace peu à l’étranger (Le Grand Maître en titre étant toujours un membre de la famille royale anglaise).