Pourquoi « Grande Loge Régulière »?

Commençons par commenter l’expression « Grande Loge« . 

L’immense majorité des Obédiences maçonniques, à travers le monde, utilisent, dans toutes les langues, la dénomination « Grande Loge » ou « Grand Orient ». Si les deux appellations sont équivalentes, leur origine est différente.

Grande Loge

Les Maçons se groupent en Loge, et doivent être au minimum sept pour la constituer; les Loges se groupent en Obédiences, et doivent être au minimum trois pour la créer. Dès lors, une Obédience régulièrement constituée peut prendre le titre de « Grande Loge ».

Grand Orient

Chaque Loge est située à un endroit géographique appelé « Orient » (exemple: la Loge « L’Union » à l’Orient de Bruxelles, Bruxelles étant ici le lieu géographique où se réunit la Loge). Dès lors, on peut appeler « Grand Orient » le lieu de résidence administrative de l’Obédience, le plus souvent une capitale.

Les dénominations « Grand Orient » et « Grande Loge » n’indiquent nullement le contenu philosophique de l’Obédience; elles sont donc interchangeables, mais il est courant que, lorsque les deux types  d’appellations coexistent dans un même pays, leur contenu philosophique soit différent.

Et comme le Grand Orient est, en Belgique, la première Obédience a avoir été créée, les Obédiences suivantes ont utilisé l’expression « Grande Loge », seule (Grande Loge) ou associée à une qualification supplémentaire (Grande Loge Féminine, Grande Loge Régulière, etc…).

Nous traiterons ultérieurement de la qualification de « Régulière« .

Note: certaines Obédiences, comme l’Ordre Maçonnique International « Le Droit Humain », dont il existe  une Fédération Belge, ont opté pour un autre système de dénomination.

Et pour terminer:

– A la fin de notre vie, celui que nous serons devenu devra rendre des comptes à celui que nous aurions pu être. (Anonyme)

Pour replacer dans le contexte, voir, sur le site, la rubrique « La Grande Loge Régulière de Belgique », dans le chapitre « La Franc-Maçonnerie… » à partir de la page d’accueil.

Erès, Maître Maçon