Qu’est ce que la franc-maçonnerie ?

Un Ordre initiatique…

La franc-maçonnerie se décrit comme un Ordre initiatique, l’“initiation” renvoyant à une pratique universelle et plusieurs fois millénaire qui consiste en un apprentissage personnel progressif, transmis par d’autres initiés, selon une méthode éprouvée3.
Elle se caractérise par le respect constant à travers le temps d’un certain nombre de règles de base4 qui délimitent et balisent depuis plusieurs siècles son champ d’action. Ce qui lui vaut par ailleurs son qualificatif de franc-maçonnerie “traditionnelle et régulière”.
La continuité et la stabilité des structures de la franc-maçonnerie constituent des atouts majeurs dans un environnement quotidien marqué par le changement accéléré, soumis à des pressions croissantes, secoué par des tumultes incessants.
… bien ancré dans l’époque contemporaine…
Plutôt que de se laisser altérer par les contingences matérielles et politiques des époques qui se succèdent, à l’écart des modes et préférences temporelles, la franc- maçonnerie reste authentique dans ses règles et ses objectifs fondamentaux.
Mais ne nous y trompons pas: elle ne s’empêche pas pour autant de vivre au présent en utilisant les outils contemporains. Tout en s’appuyant sur les références du passé, elle regarde bel et bien vers l’avenir! Comme l’arbre grandit à partir de ses racines, de même, pour la franc-maçonnerie, c’est l’attachement à la tradition qui fait progresser l’homme.
Le franc-maçon ne vit donc pas en dehors de son temps, pas plus qu’il n’est indifférent à la société.

… visant le perfectionnement de l’Homme

Grâce à un enseignement symbolique progressif qui se fonde sur une tradition établie il y a trois cents ans, la franc-maçonnerie poursuit en ce 21ème siècle son objectif d’élever l’homme spirituellement et moralement.

Cela introduit la notion centrale du progrès individuel et moral, source d’épanouissement, qui suppose une implication personnelle directe: connais-toi toi-même.

Qu’est-ce que la tradition pour un franc-maçon?
Pour un franc-maçon traditionnel et régulier, la tradition est la somme des questionnements, des inquiétudes, des attentes et des valeurs qui se transmettent de génération en génération et qui constituent le patrimoine spirituel (osons le mot) de l’Humanité.
Ce processus est cumulatif, car contrairement à l’idée établie, notre tradition n’est pas figée, elle s’enrichit au fil du temps. Saint-Exupéry disait à cet égard que “nous n’héritons pas de la tradition de nos ancêtres, mais nous l’empruntons à nos successeurs”…

Le progrès individuel du maçon est destiné à mener au progrès de la société, auquel, sans s’y impliquer directement elle-même, la franc-maçonnerie s’efforce de contribuer grâce au comportement et au rayonnement de ses membres.

La franc-maçonnerie assure la transmission initiatique d’ une traditiond’ essence ésotérique, ce que stipule l’ article 1 de la Constitution de la GLRB.
“La franc-maçonnerie universelle affirme l’ existence de Dieu, être Suprême qu’ elle désigne sous le nom de Grand Architecte de l’ Univers. Elle requiert de tous ses adeptes qu’ ils admettent cette affirmation. Cette exigence est absolue et ne peut faire l’ objet d’ aucun compromis, ni d’ aucune restriction. La franc-maçonnerie ne définit pas l’ être Suprême et laisse à chacun la liberté de le concevoir.” Comment comprendre l’usage du terme “initiation”? C’est avant tout “mettre en chemin”, conduire à un nouveau départ. Initier, c’est en ce sens proposer à un homme une aventure spirituelle, c’est l’engager à découvrir et à mettre en oeuvre ses propres virtualités par un long travail personnel dont la pratique de la Voie symbolique sera le révélateur.

L’initiation5 maçonnique est par essence spirituelle et ouvre de fait un champ infini de questionnement et de réflexion sur soi et sur le monde (voir l’encadré sur la transmission intiatique ci-avant).
Au point de départ, l’acceptation de cette évidence métaphysique sous-tend l’initiation qui doit, pour être sincère et entière, résulter dans le chef de tout candidat maçon d’une adhésion personnelle lucide, libre et autonome, dans un parfait esprit d’ouverture.
Bien que tout à fait respectable, le refus de cette référence serait toutefois incompatible avec les fondements mêmes du travail en loge tel que conçu à l’origine. Il empêcherait de mener à son terme un éventuel processus de candidature à la franc-maçonnerie dite “traditionnelle et régulière”, celle des origines, dont il apparaîtrait d’emblée que, tôt ou tard, elle ne conviendrait pas au candidat.

Un enseignement symbolique

La définition et le but de la GLRB sont décrits dans l’article 2 de sa Constitution.: “La franc-maçonnerie est une association initiatique qui, par son enseignement symbolique, élève l’homme spirituellement et moralement et contribue ainsi au perfectionnement de l’humanité par la pratique d’un idéal de paix, d’amour et de fraternité.”

Le fait que l’être Suprême ne soit pas autrement défini crée un espace illimité de liberté pour le maçon dans sa recherche.
Toutes les Obédiences maçonniques traditionnelles et régulières dans le monde
-qui se reconnaissent entre elles- réclament cette référence, associée à la démarche du perfectionnement personnel.
La perfection que vise le maçon est un idéal dont il n’attend pas l’accomplissement selon un calendrier déterminé, sachant qu’en réalité, bien plus que la perspective de l’accès, toujours incertain, au but ultime, c’est en soi le cheminement qui importe.