La Franc-Maçonnerie se justifie-t-elle encore ?

Cette décennie les technologies dans tous les domaines évoluent à un rythme qu’il est ardu d’appréhender. Dès lors adhérer à la Maçonnerie traditionnelle dont les principes et la méthodologie demeurent pratiquement immuables depuis le XVIIIe siècle ne représente-t-elle pas une démarche obsolète ?

De fait n’est-ce pas gloser que de disserter sur des termes banals tels que lune et soleil ? N’est-ce pas ridicule d’abandonner son âge civil en proclamant que l’on a trois, cinq ou sept ans ? N’est-ce pas « arrogance » pour les 3 millions de Francs-maçons de qualifier de « profanes » les milliards d’individus qui n’ont pas la qualité de Frères et Sœurs tout en insistant sur l’universalité de l’Ordre ? Tâchons de répondre à ces questions avec cohérence.

On ne peut occulter ce truisme que l’homme est capable du meilleur et du pire. Ainsi le XXe siècle restera dans l’Histoire comme celui des génocides et le nôtre ne semble guère promettre mieux. Aussi, pour surmonter les crises de société et nos crises personnelles, nous devons impérativement trouver notre centre d’équilibre. En effet, l’être humain ne peut aborder positivement son destin que s’il tente d’intégrer en lui les contradictions de son temps. Il réalise alors qu’il est imparfait et incomplet. Partant, il est confronté à l’exigence de s’étudier en permanence [Qui-suis-je ? D’où viens-je ? Où vais-je]. Qu’il s’observe vraiment en son miroir intérieur et il saura que son mental est compartimenté. Ces bornes mentales, que parfois il s’impose volontairement, atténuent sa clarté de jugement.

Il en résulte que, si l’on sort du cadre restreint de nos compétences particulières, nombreux sont ceux qui risquent de succomber à l’affolement face à ce qu’il leur paraît comme un ou des vide(s). Affolement bien présent puisque l’intolérance et les intégrismes sont devenus les thématiques « rassurantes » pour ceux qui ne comprennent plus l’environnement éco-socio-politique mondial. Conséquence désastreuse : Ils ne perçoivent plus que de telles idéologies sont destructrices tant pour l’Humanité que pour eux-mêmes.

Or, la spiritualité est une composante des réponses multiples à ces angoisses existentielles. Elle exprime implicitement par ses allégories que la démocratie demeure, avec ses imperfections et ses faiblesses, le seul avenir d’espoir pour le genre humain[1]. Mais la démocratie reste dépendante de la valeur de chaque homme, de chaque femme qui en composent le tout.

Dans cette optique, depuis trois siècles, la franc-maçonnerie traditionnelle crée des hommes probes et libres par la voie longue et lente de l’initiation. Lente, ainsi que définit à Proverbes XIX, 20 : Écoute le conseil et reçois l’instruction afin que tu deviennes sage en ton dernier temps. Oui, la franc-maçonnerie se justifie plus que jamais. La démarche initiatique est en mesure par l’attitude positive des Frères dans leurs sphères d’influences de gommer les a-priori et prôner, envers et contre tout, la fraternité entre les hommes et les femmes présents et à venir.

Pistis, maître maçon.

 

 

[1] D’ailleurs la Franc-maçonnerie ne peut vivre et se développer qu’au sein des démocraties comme l’ont prouvé les aléas de l’histoire contemporaine.