A qui s’adresse la franc-maçonnerie

La franc-maçonnerie s’adresse, selon ses propres termes, à des hommes “probes, libres et de bonnes mœurs, de réputation parfaite, gens d’honneur, loyaux et discrets”. Autrement dit, elle est ouverte à des hommes ayant foi en un Etre Suprême, qu’elle admet sur base de leurs qualités humaines et de leurs mérites personnels, sans distinction de race, d’orientation sexuelle, de religion ni de nationalité.

Elle concerne tout homme moderne pour lequel la recherche du sens de la vie dans une optique de progrès personnel représente un travail jamais achevé.
Le candidat maçon à qui s’adresse la franc-maçonnerie est censé posséder une large ouverture d’esprit, respectant les valeurs de probité, de tolérance et de compréhension d’autrui, de liberté de conscience.

Il doit bien sûr être sensible et réceptif à la méthode particulière de la franc-maçonnerie traditionnelle -la voie symbolique-, accepter clairement, librement et consciemment ses caractéristiques qui la rendent unique, ses fondements et ses règles de fonctionnement, formant un tout cohérent et complet, non altérable, tel qu’il figure dans les textes constitutifs de l’Ordre.
Tout homme sincèrement désireux de pratiquer l’“art royal” doit pouvoir consacrer régulièrement et durablement du temps à ce travail individuel et éprouver le désir de se retrouver avec d’autres hommes qui partagent le même souhait de progrès et d’épanouissement personnels.

Il lui faut être pleinement conscient de ses devoirs envers autrui, sa famille, sa patrie, l’humanité, avoir un penchant réel et spontané pour l’altruisme, un goût de la transmission aux générations futures aussi affirmé que l’intérêt qu’il ressent pour ce qui lui vient des générations passées.

Dans son entourage, il s’efforce de montrer l’exemple. Il pratique la philanthropie, sans ostentation et selon ses moyens. Il veut être respectueux des lois démocratiques ayant cours dans son pays.
L’âge minimum pour entrer en maçonnerie est fixé à vingt-et-un ans. Mais le questionnement personnel à la base de cette démarche suppose une certaine maturité personnelle qui ne s’acquiert pas en dehors d’un vécu et d’une expérience auxquels le temps n’est pas étranger.

La tradition maçonnique, tout en exprimant le plus profond respect vis-à-vis des femmes, n’admet à l’initiation que des hommes. Il n’y a là aucune forme de misogynie, mais la stricte application d’anciens usages qui reflètent une vieille expérience initiatique, antérieure à la franc-maçonnerie, tenant compte du caractère personnel voire intime des travaux en loge. Ceux-ci pourraient pâtir de tensions et problèmes psychologiques ou relationnels susceptibles de marquer des sociétés à la fois mixtes et fermées. Il existe au demeurant des organisations maçonniques, dignes de considération, qui n’ont pas fait le choix de la régularité, ouvertes aux femmes, et parfois exclusivement à elles.

A quoi un franc-maçon s’engage-t-il ?

Dans la société d’aujourd’hui, les droits de l’individu priment sur ses devoirs… Pourtant, les droits n’ont de sens qu’en fonction des devoirs qui les sous-tendent. A cet égard, la franc-maçonnerie est une société de devoirs… Comment faut-il comprendre ce qui précède? L’homme en recherche de sens se rendra tôt ou tard compte qu’il lui faut d’abord être en ordre avec lui-même avant d’attendre que les autres et la société fassent de même. Accepter cela revient pour le franc-maçon à accepter un certain nombre de devoirs envers soi-même et envers les autres. Dès lors…

… Le franc-maçon s’engage sincèrement dans le travail sur soi, qu’il mène à son propre rythme.

… Il respecte les serments qu’il a librement prêtés vis-à-vis des règles de l’Ordre maçonnique, contenues dans sa Constitution.

… Il comprend et admet les raisons qui ont amené à établir les règles de fonctionnement de la franc-maçonnerie, entre autres l’absence d’inter-visites avec les loges d’Obédiences ne pratiquant pas les mêmes règles que la franc-maçonnerie traditionnelle et régulière.

… Il travaille dans la discrétion vis-à-vis du monde extérieur mais aussi vis- à-vis de ceux qui n’ont pas encore atteint son niveau dans le parcours maçonnique et respecte en particulier l’engagement de ne rien dévoiler sauf à y être expressément autorisé.

… Il fait preuve d’assiduité dans ses présences et son travail maçonnique, sans se soustraire à ses obligations familiales, à ses engagements professionnels, à ses devoirs à l’égard de la société, sans faire défaut à ses obligations à l’égard de ses proches.

… Il s’efforce d’observer les lois morales et de rester à l’écoute des autres.